La lettre de Sylvain - Août 2014 - La liberté sans barrières.

En liberté! Depuis l'enfance, cette image était dans mon esprit: un cheval qui me suit en liberté, sans longe ni mors, sans barrières.

La liberté sans barrières? Le cheval est un miroir de nos émotions et de nos intentions. Pas seulement pendant les stages que j'organise avec Cheval Communication ou la nouvelle structure eQuintessence, mais aussi lorsque je suis avec mes chevaux, à tous les moments, en fait.

Chaque cheval est le miroir de l'être intérieur de celui qui est avec lui. Pas seulement pendant une séance dans le rond de longe! Non, à chaque instant, dans chaque mouvement. Quelle est ton intention véritable? As tu avec toi le désir de briller, d'être le premier, de frimer, de séduire ou de crâner? As tu dans ton coeur un ancien désir de revanche pour tout ce que les "autres" te faisaient subir lorsque tu étais un enfant?

Le cheval est il un outil pour porter ton fardeau? Dans les cultures amérindiennes, le panier est la représentation du fardeau que chacun porte. Le panier est laissé à l'entrée des habitations, que ce soient les Tipi, les Wigwam, les Hogan, les huttes de terre ou les maisons aux flancs des falaises. le panier rappelle à tous ceux qui veulent entrer dans l'espace sacré de la maison que la politesse exige que l'on laisse ses problèmes personnels à la porte. Déverser ses rancœurs et ses problématiques personnelles, exposer longuement ses griefs et ressasser les commérages et les cancans était considéré comme d'une extrême impolitesse. Le fardeau de chacun reste à la porte: c'est le sens du panier de portage à l'entrée de la maison.

Pourtant, les "Indiens" d'Amérique ne connaissaient pas le cheval. Ce sont les "hommes des bateaux", les "yeux blancs", qui l'ont apporté dans les cales sombres et vides de leurs caravelles, avec au coeur leurs désirs de richesses, leurs pensées de supériorité, leurs épées brillantes et leurs armures de fer, et, surtout leur passion pour l'or. Il est dit que, en Europe, le cheval a été donné à l'humanité pour aider les hommes à porter leurs fardeaux. Aux Amériques, en moins de trois siècles, le cheval est devenu l'auxiliaire principal de la conquête de l'Ouest, l'outil des garçons vachers, les cow-boys qui assuraient les déplacements du bétail, l'agent de communication le plus rapide ... et l'animal totem le plus puissant des Nations Amérindiennes.

Je me souviens de Linda Kohanov lors de notre formation en Arizona: " maintenant que les chevaux sont libérés de leur tâche ingrate de porter nos charges, de transporter nos corps et de tirer nos charrues et nos diligences, ils ont une tâche infiniment plus noble: nous aider à porter nos peines, nous transporter vers un monde plus spirituel, et nous faire comprendre qui nous sommes en vérité, avec nos deux pieds - et nos quatre sabots - fermement plantés dans le sol."

Et, petit à petit, j'ai compris qui nous sommes réellement, nous les humains, bipèdes composés d'instincts et de visions, de désirs animaux et d'aspirations au plus haut. J'ai compris que nous sommes reliés à "toutes nos relations", à tous les êtres qui nous entourent. J'ai tissé ce lien invisible, ténu, j'ai appris à connaître cette bulle d'énergie qui nous entoure tous, hommes et chevaux, pour que mes belles juments me suivent en liberté dans à peu près toutes les configurations.

Lorsque je suis seul, parce que le lien est très personnel, je vais marcher dans la forêt, je remonte la petite rue qui donne accès au chemin de grande randonnée. Derrière moi, j'entends le son régulier des sabots qui frappent l'asphalte. Sec, frappé, décidé pour ma jument de tête Tamani. Impatient, passionné, séducteur pour la belle Shakti. Et régulier, posé, plein de respect, pour Quadence. C'est elle qui est la meilleure à ce jeu subtil. Quadence, la dernière arrivée , la princesse à la belle crinière, aime courir derrière moi dans la forêt.. Son trot est si régulier que j'en suis venu à faire mon jogging avec, deux mètres en arrière, ce beau cheval blanc qui attire les regards étonnés des promeneurs.

L'équilibre est délicat. C'est un lien à chaque moment dans la liberté de l'espace intérieur, dans le moment présent. Une pensée de trop... et le cheval quitte l'humain, retourne à ses désirs, fait demi-tour, ou retourne brouter. Cheval miroir, miroir de nos barrières intérieures! Lorsqu'une des juments s'arrête, prend une autre direction, quand je semble devenir invisible à ses yeux, je me dis: nous avons construit des murs, des autoroutes, des ordinateurs et des téléphones portables. Nous avons mis les animaux dans des zoos et des réserves, et notre vie dans les minutages quotidiens de nos agendas. Mais tout cela n'est rien face à ce que nous avons fait de notre pensée! La pensée libre des barrières devient le miroir de notre être authentique, de celui qui, à l'intérieur de nous, est à chaque moment dans l'Espace Sacré du possible.

C'est cet espace que nous découvrons lors des activités organisées avec mes amis et mes partenaires de Cheval Communication et de eQuintessence.

En espérant que vos vacances se placent dans cet espace, et de vous retrouver en Septembre pour nos prochains stages,

Avec mes amitiés très cordiales,

Sylvain Gillier-Imbs

A l'affiche